Leçon de vie

Publié le par Shaya

Quand j'avais 14 ans, un jour d'été avec ma meilleure amie de l'époque nous sommes allées en ville à pied depuis chez moi.

En chemin, nous avons croisé 2 hommes, un qui devait avoir 17 ans, l'autre qui devait plutot en avoir 30 et ils se sont mis à nous suivre.

Avec ma meilleure amie au départ nous n'avons pas fait attention, on a pris ça pour une coincidence.

Puis on en a rigolé. Et finalement on a décidé de les semer, avec succès, parce qu'il commençait à y en avoir marre et qu'on commençait un peu à avoir peur.

Une fois qu'on les a eu semé on s'est remise à en rire fières qu'on était de les avoir semé, et on a oublié l'incident en profitant de notre après-midi.

 

On a tellement oublié l'incident, qu'au lieu de rentrer en bus le soir arrivant, on est rentré à pied. Par le meme chemin que celui qui nous les avait fait croiser.

Et qu'ils nous attendaient à l'endroit où ils nous avaient vu la première fois.

Avec ma meilleure amie on avait fait semblant de ne pas les reconnaitre ni d'y faire attention, espérant qu'ils comprendraient le message.

Ce qui n'avait pas été le cas puisqu'ils nous avaient abordé quelques mètres plus loin, dans une rue peu fréquentée, en nous disant qu'ils voulaient aller boire un verre avec nous blablabla ...

C'était l'époque où tout le monde n'avait pas encore un portable, on avait menti toutes les deux en disant ne pas en avoir mais on avait pris leur numéro en disant qu'on les appellerait pour aller boire un café.

Ce qu'on n'avait pas fait bien entendu ...

Cette rencontre nous avait laissé un goût étrange, un peu terrifiant en vrai.

 

Mais on a oublié.

J'ai oublié.

Et un mois plus tard, un soir que je rentrais à pied du centre ville je les ai recroisé. Toujours au même endroit.

Sauf que j'étais seule, qu'il était 20h et que la nuit tombait, et que la rue était pire que déserte.

J'ai fait comme si je ne les voyais pas, j'ai sorti ce fameux portable que je n'étais pas sensée avoir, j'ai appelé une copine et je lui ai murmuré que si je ne lui parlais plus il fallait qu'elle appelle la police et je me suis mise à lui parler comme si de rien n'était.

Pendant ce temps là ils s'étaient mis à me suivre dans cette rue déserte qui ne m'a jamais paru si longue que ce jour là.

 

Je crois ne pas avoir eu souvent aussi peur qu'à ce moment là alors que je les sentais juste derrière moi et que je réfléchissais à 200 à l'heure pour savoir comment j'allais me sortir de là.

 

Je sais que sur le moment je n'ai pas tellement eu peur qu'ils s'en prennent physiquement à moi, j'ai surtout eu peur qu'ils sachent où j'habitais et que ce cauchemar se reproduise. Et donc ma seule pensée a été de savoir où me mettre en sureté sans que ce soit chez moi.

J'avais la chance d'avoir mon kiné qui habitait dans un immeuble proche du mien, de savoir qu'il serait sans doute encore là malgré l'heure et qu'il me raccompagnerait.

Mais je n'ai pas eu à en venir là, parce qu'au bout de cette interminable rue déserte se trouve un carrefour très fréquenté et qu'à ce moment là ils ont fini par arrêter de me suivre et j'ai pu rentrer chez moi.

Absolument terrifiée mais je n'ai rien dit à ma mère pour ne pas l'inquiéter.

 

Au final à part une grosse frayeur du haut de mes 14 ans, des nuits de cauchemars et un an avant d'oser reprendre cette rue, rien de grave.

 

Mais j'ai compris beaucoup de choses cette fois là et les autres fois où je me suis retrouvée dans ce genre de situation n'ont fait que le confirmer :

 

- quoique je fasse, quoiqu'on m'ait dit pendant toute mon enfance, je suis condamnée à me trimballer avec un écriteau "proie" dans le dos pour certaines personnes et il suffit que je sois au mauvais endroit au mauvais moment face à la mauvaise personne pour qu'on s'en prenne à moi juste parce que je suis née femme. D'autant plus parce que je n'ai pas un physique "impressionnant" et qu'on imagine sans peine me faire voler sur 30m en me mettant juste une claque. (Et j'ai une tête de fille douce et gentille en prime! WTF!)

On peut hurler contre cet état de fait, crier au scandale et à l'injustice. Oui et? Ca change quoi dans le fond? Des gens pervers et mauvais il y en a toujours eu et il y en aura toujours. Ca s'appelle la nature humaine.

Mais ca n'empeche pas d'en parler et pas qu'un peu.

 

- le jour où je me retrouve dans cette situation je ne pourrais compter que sur moi pour m'en sortir. Pas sur quelqu'un d'autre, connu ou inconnu, pas sur les forces de l'ordre. Juste sur moi.

 

- au lieu d'être élevée dans le monde des bisounours, j'aurais préféré que dès petite on me donne les armes pour savoir me défendre et ne pas me retrouver paralysée par la peur. J'aurais aimé qu'on m'apprenne tôt comment choper un mec par les couilles et leur appliquer une torsion douloureuse, qu'on m'explique comment désarmer quelqu'un qui pointe un couteau vers moi etc...

Je me dis que je serais plus tranquille en sachant que je ne suis pas juste une petite chose fragile susceptible de me retrouver à la merci de n'importe quel connard tordu mais que j'ai de quoi riposter.

En même temps depuis des années je me dis que je dois me mettre à la self-defense sans jamais l'avoir fait encore par manque de temps ou d'argent ou d'autre chose ... peut-etre arrivera un jour où je n'aurais pas juste de la chance et que je le regretterais ...

 

 

Cela dit, même si ce sont toujours des mecs qui s'en pris à moi je n'accuse pas les hommes d'être tous des pervers dégénérés. Les femmes tordues ça existe aussi, il y en a même beaucoup, mais elle n'utilise pas la force brute ni la violence sexuelle en général.

Les vrais connards qui m'ont foutu une peur bleue je dois pouvoir les compter sur les doigts d'une seule main.

Les mecs géniaux que j'ai croisé ils sont au moins 10 fois plus.

C'est réconfortant quelque part.

 

 

(nb : noooon pas la peine de flipper il ne m'est rien arrivé! Hier matin, je suis juste partie travailler alors qu'il faisait nuit en passant par cette fameuse rue déserte où j'avais eu si peur. Ca m'a fait repenser à tout ça et au reste. Et réfléchir)

Publié dans Simple Life

Commenter cet article

Daydreamer 04/01/2011 20:48



ouais, mais c'est la faute à la poussette et au Greffon... il a cru qu'on venait piquer des fringues... et c'était chez C&A (oui, je cafte)



Shaya 04/01/2011 21:01



Oui bah quand même ;-)))



Daydreamer 04/01/2011 19:05



ah ben, mon pôpa et ma môman, ils m'ont toujours dit de 1) rendre les coups -et en plus fort si possible 2) au besoin, taper la première...(et ouais, dès la maternelle...)


 


et puis, j'ai pas une tête aimable, faut croire... quand il fait encore nuit, les gens qui me croisent changent facilement de trottoir... je peux faire Caliméro? :D


(est-ce que tu t'es faite emmerder avec moi? cqfd ;-)))



Shaya 04/01/2011 19:13



Si j'ai été pourchassé par un vigile avec toi! ;-)))))



Aude Nectar 04/01/2011 15:23


Il devrait y avoir des cours de self défense au collège ... Mais tu soulignes un truc vrai, aussi, c'est qu'on ose pas toujours parler de ça aux parents parfois, par honte, peur d'inquiéter...on
peut voir ta tête de gentille ? ;)


Shaya 04/01/2011 18:09



Oui on peut voir ma tête de gentille mais il faut boire un verre ou un café avec moi ;)



Carole Nipette 04/01/2011 12:45



Je suis une flippée de nature, ton récit même si je ne l'ai pas vécu de cette façon en réalité, me parle beaucoup... et d'autant plus que j'ai une fille et que je vais flipper pour elle et que ça
sera l'enfer... je vais réfléchir à ton idée de cours de self défense mais surtout même si bisounours il y a, lui apprendre que malheureusement oui tous les êtres humains n'ont pas un bon fond et
qu'il faut gérer...


ça fait suer quand même de vivre ça parce que nous sommes des femmes, juste des femmes...



Shaya 04/01/2011 13:43



La peur n'évite pas le danger ... (même si c'est humain)


 


Oui ça fait suer de vivre ça juste parce qu'on a les chromosomes XX mais j'ai grandi en sachant que tous les êtres humains n'ont pas bon fond etc... Le problème c'est que le jour où j'ai été dans
la merde, savoir ça ne m'a aidé en rien, j'aurais eu besoin de solutions pratiques, de vraies techniques et pas juste d'avoir de la chance.


Je crois que c'était un peu ça le message que je voulais passer.



laurent (des fraises et de la tendresse) 04/01/2011 09:12



Peut-être est-il temps que tu les prennes ces cours d'auto-défense...



Shaya 04/01/2011 13:40



J'essaye mais j'ai du mal à trouver une structure, (je ne veux pas faire du sport ou de la compétition, je veux apprendre à me défendre!) et à me lancer seule là dedans.