Parfois il n'y a que des mauvais choix ...

Publié le par Shaya

Sur le papier, elle et moi nous avons le même âge.

À quelques jours près.

25 ans, l'âge de la jeunesse ...

 

La comparaison s'arrête là.

 

Elle est blonde comme je suis brune, elle a les yeux bleus comme je les ai noirs, elle est grande comme je suis petite.

Elle a ce regard surtout ... celui qui montre qu'elle a appris tôt que la vie ne faisait pas de cadeau, jamais, et qu'elle n'en attend plus.

À côté d'elle, il lui serre la main tellement fort qu'on s'attend à entendre les os craquer. Comme s'il espérait la retenir ... ou comme s'il voulait capter le maximum de sa force à elle.

Mais elle ne lui dit rien. Peut-être se dit-elle qu'il a besoin de ça.

 

Quand elle raconte comment ils avaient vaincu ensemble la maladie il y a quelques années, il tourne la tête.

Moi aussi à sa place j'aurais envie de fuir ... D'être n'importe où plutôt que là, d'effacer les derniers jours.

Ils avaient traversé les traitements, les pleurs, les joies, les bonnes et les mauvaises nouvelles mais avaient gardé de cet épisode un sentiment d'urgence.

La fin des études, le boulot, l'appartement, et comme une évidence : un bébé lancé quelques semaines plus tôt.

 

Son corps montre les premiers signes de sa grossesse.

L'arrondi qui s'installe.

Et surtout elle rayonne comme seules quelques rares femmes enceintes le font.

 

Lui au contraire, il semble éteint.

Comme s'il était mort à l'intérieur.

 

Elle rayonne encore. Elle est tellement calme. Je me demande comment c'est possible.

Cette journée doit être sans doute la pire de sa vie.

Son corps abrite une vie future possible.

Son corps abrite aussi une mort future certaine.

 

Le cancer est revenu.

Et maintenant il faut choisir.

 

Impossible de soigner la mère sans causer des lésions irréversibles au fœtus...

Attendre de longs mois que le fœtus soit suffisamment développé pour déclencher l'accouchement et il sera trop tard pour la mère.

 

Impasse.

 

Les traitements qui rendent stériles, les risques de ne pas être guérie même en commençant demain, les autres façons de devenir parents ...

Tellement de choses à entendre.

 

Et ce choix à faire.

Urgent.

 

Le poids est trop lourd pour lui.

C'est elle qui a décidé...

 

À côté, il lui broie la main en retenant ses larmes.

 

 

 

nb : pas tout à fait dans le même genre, mais pas loin, je ne peux que vous encourager à aller lire le billet de Béalapoizon. C'était pas fait exprès mais la publication de nos billets se télescopent.

Publié dans Monde de merde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Phalae 29/07/2011 10:50



Un couple d'ami n'a pas eu la "chance" de choisir...


Bébé est arrivé et 3 mois plus tard, elle est partie... Cancer des poumons, métastase au foie et au cerveau... En 15 jours, il s'est retrouvé seule avec sa petite princesse... Il y a 4 ans, elle
avait eu un mélanome, s'était fait enlevé un grain de beauté, sans suite, juste une surveillance... qui n'a pas été faite pendant la grossesse apparemment... A la naissance, c'était le bonheur,
pas envie d'aller faire les analyses nécessaires pour s'assurer que tout allait bien... ou pas... mais il était peut être encore tant...


Trop tard... Papa doit se débrouiller tout seul, la petite princesse grandira sans Maman...


Difficile de parler de tout ça avec cet ami papa, veuf à 30 ans à peine... De mon côté, je ne pardonne pas à la médecine : elle était enceinte, il devait bien être précisé quelque part ce
mélanome et même enceinte, il est possible de faire une prise de sang à la recherche de marqueurs, non... Et entre la naissance et la détection, pendant ces 3 mois, personne ne s'est dit qu'il
fallait sortir les parents de ce bonheur, les rappeler à la réalité et les faire ces examens?... Ca fait 6 mois, mais la pilule est difficile à avaler... Encore plus quand on voit cette petite
princesse qui aura juste croisé sa maman...



Shaya 29/07/2011 17:49



Autant d'histoires tellement tristes ...



la chouquette intersidérale 23/07/2011 20:52



C'est vrai qu'avec ton billet et celui de Béa, on prend un coup dans la figure et dans la comprenette. Un coup salutaire pour nous, qui hélas ne change rien au drame que vit le couple que tu
donnes à entendre.



Shaya 23/07/2011 22:27



Je ne l'ai pas écrit pour changer quelque chose au drame vécu par ce couple ... :)



Pat 21/07/2011 11:26



C'est sa vie à elle qui est en jeu, mais c'est aussi un peu son avenir à lui (s'occuper seul de leur enfant).


Mais comme je le disais plus haut... loin de moi l'idée de porter un quelconque jugement. Quel cruel dilemme.



Shaya 21/07/2011 14:14



Ah oui je suis bien d'accord. C'est pour ça que ce choix les implique tous les deux fortement.



hipparkhos 20/07/2011 21:57



Il y a une chose qu'on sent confusément, mais tu n'insistes pas dessus : lui a une préférence. De son côté, il a fait son choix. Mais il ne l'exprime pas verbalement. Ou bien c'est peut-être une
fausse impression, mais c'est ce qui ressort de ta description de son attitude. En tout cas leur perception du choix à faire est forcément très différente.



Shaya 20/07/2011 22:25



J'aime beaucoup ta finesse d'analyse qui tombe très juste, surtout que j'ai donné assez peu d'éléments finalement.


Oui il y a des différences ... c'est sa vie à elle qui est en jeu, c'est elle qui est enceinte aussi...



La Voyelle 20/07/2011 14:13



Je vais faire la fouteuse de merdre mais il y a des gens qui ont des réactions à la con dans ces commentaires. Il y en a même qui se permettent de les CRIER.


Heureusement, il n'y a pas que ça, on n'est pas si mal entouré que ça dans le lectorat de Shaya.



Shaya 20/07/2011 18:35



Non on est plutôt bien chez moi :)