Que Don Quichotte nous vienne en aide!

Publié le par Shaya

Je ne sais pas si je suis ultra-énervée ou juste totalement blasée!

J'imagine sans peine que toutes les personnes travaillant dans ou avec une administration ont eu plus que leur part de ces situations ubuesques qui donnent envie d'hurler et de fracasser des cranes contre des bureaux.

Surtout quand on travaille avec des personnes fragiles.

 

Je sais que l'époque actuelle est plutot à la paresse intellectuelle, et que les administrations sont des rouleaux compresseurs qui brisent la volonté de nombre de personnes, ce qui explique le taux élevé de visages bovins qu'on trouve dans ses bureaux, mais bordel un peu de bon sens parfois!

 

 

A. est un petit bout de femme de 54 ans, petite employée payée guère plus que le smic, elle vit seule depuis qu'elle a divorcé de son mari suite au décès de leur fils renversé par un chauffard.

Pas d'autre enfant, pas de compagnon depuis, pas de frères et soeurs.

A. est vraiment seule depuis que sa mère est décédée d'un cancer du colon 6 ans plus tot. A cette occasion, A. avait appris que le frère de sa mère avait aussi eu un cancer du colon mais qu'il n'en avait rien dit à sa famille sur le moment.

A. elle-même a eu un cancer du sein, qui a récidivé deux fois mais elle s'est battue et ça fait un peu moins de dix ans qu'A. est en rémission.

Elle continue à etre suivie bien sur mais par son généraliste et sa gynéco, plus par un oncologue, le sien ayant quitté l'hopital de sa ville quelques années après la fin de son traitement et elle-même n'ayant plus eu d'alerte.

Après le décès de sa mère néanmoins en raison de sa propre histoire médicale et des deux cas de cancer du colon dans sa famille, son généraliste avait demandé à ce qu'on lui fasse une coloscopie. Pour vérifier.

Cet examen avait révélé la présence de deux polypes non malins qui avait été enlevés sur le moment et A. s'en souvient bien malgré l'anesthésie générale, à son réveil, le médecin lui avait dit qu'il faudrait qu'elle refasse une coloscopie d'ici 3 à 5 ans.

 

Justement, la gynécologue de A. lui demande si on lui a refait une coloscopie.

Ce n'est pas le cas, A. n'y tient pas plus que ça, malgré l'anesthésie générale ce n'est pas un examen agréable psychologiquement parlant. La gynécologue prend le temps d'expliquer à A. pourquoi c'est important et elle fait une lettre au médecin généraliste en lui indiquant qu'elle pense qu'il serait pertinent de refaire l'examen 4 ans après le premier.

Le médecin généraliste le pense aussi, même si en consultant le compte-rendu de la 1ere coloscopie il remarque qu'il n'y a rien d'indiqué sur le fait de refaire une coloscopie et le délai pour la pratiquer. Pourtant A. est formelle que le médecin lui avait dit qu'il fallait en refaire une d'ici 3 à 5 ans.

Son médecin généraliste lui rédige la lettre pour qu'elle retourne faire une coloscopie.

 

A. logiquement veut retourner là où elle était allée la première fois.

Elle appelle, premier standard, deuxième standard, première secrétaire, deuxième secrétaire et à chaque fois réexpliquer pourquoi elle appelle.

Ca la gêne A., elle n'a pas l'habitude de parler de ces choses-là, elle se contraint à prendre le rdv il faut bien le dire.

Il lui faut déjà 10 minutes pour obtenir la personne qui lui délivrera le fameux rendez-vous.

Justement la 2e secrétaire lui dit qu'elle n'a jamais eu de coloscopie.

Pourtant elle le sait bien A. qu'elle en a eu une, même si on est endormi pendant l'examen, on sait bien pour quoi on vient. La secrétaire lui demande le nom du médecin qui le lui a fait, A. ne sait plus d'autant plus qu'elle n'avait finalement pas vu le médecin qu'elle devait voir etc..., la secrétaire persiste à lui dire qu'elle n'a jamais eu de coloscopie, A. persiste à lui répondre que si!

Finalement la secrétaire retrouve vaguement une trace de A. dans son ordinateur.

Un seul rdv sur les deux qu'elle a, pas le nom du médecin, et le fameux compte-rendu.

Sur lequel il n'est pas marqué que A. doit avoir une nouvelle coloscopie d'ici 3 à 5 ans.

Et la secrétaire refuse tout net de lui redonner un rdv. Même si le médecin traitant a écrit qu'il lui en fallait une.

Parce que sur le compte-rendu c'est pas maaaarquééééé !!!!

 

A. insiste un peu.

Déjà 20 minutes qu'elle bataille avec cette secrétaire.

Qui reste arc-boutée que A. n'a pas à refaire une coloscopie VU que ce n'est PAS marqué sur le compte-rendu (bien que personne ne sache par qui il a été fait dans le fond) !!!!!

A. finit par abandonner, épuisée de parler à un mur, incapable de trouver les arguments nécessaire pour déboulonner la secrétaire de sa position.

Elle n'en parlera pas à son médecin traitant parce qu'elle a honte de ne pas s'être débrouillée seule, et lui tout humain qu'il est oubliera qu'elle devait repasser cet examen.

Elle mentira à sa gynéco en lui disant que oui elle en a passé une et que tout va bien.

A. est persuadée que tout va bien, que tout ça est sans conséquence.

A. n'a pas de mari, pas d'enfants, pas de famille pour insister.

A. n'a dans le fond pas vraiment compris pourquoi cet examen pouvait être important.

A. en a marre des examens, des médecins et du reste.

 

3 ans plus tard... A. est là toute menue et fragile dans son lit d'hopital.

Elle a perdu 15 kgs, semble avoir pris 10 ans et un bandana cache l'absence de ses cheveux.

Sa peau est translucide et ses yeux semblent ne plus vous voir.

A. a un cancer du colon qui a métastasé. Impasse thérapeuthique.

Elle va mourir, elle le sait.

Elle est étrangement sereine, elle passe ses journées à regarder ce que seuls ses yeux peuvent voir.

Une partie d'elle est déjà ailleurs, avec son fils peut-etre.

Personne ne vient jamais voir A.

Encore et toujours seule.

Elle n'en veut à personne, pourtant elle sait. Elle sait bien que si elle avait passé ce fichu examen 3 ans plus tot les choses auraient pu être différente! Elle sait bien que si cette foutue secrétaire ne lui avait pas ostensiblement renvoyé ce refus dans la figure, si elle avait dit à son médecin qu'elle n'avait pas pu passer l'examen, si elle avait eu de la famille pour la pousser à le faire, si elle avait trouvé les arguments qu'il fallait au téléphone, si sur le compte-rendu médical il avait été marqué ce qu'il fallait ...

Tant de si ...

 

Mais le système a failli, la société a failli.

Et A. se meurt parce qu'une secrétaire lui a bêtement refusé son rendez-vous.

Publié dans Monde de merde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Les deux Terres 06/12/2010 07:50



Ben c'est juste épouvantable, quoi. Que dire de plus ? Argumenter sur quoi ? C'est profondément épouvantable, c'est tout. Sauf que la secrétaire et nous on finira par s'en remettre. Pas A. Merde
! Voilà.



Shaya 06/12/2010 13:38



Voilà oui.



Daydreamer 07/10/2010 22:58



certaines secrétaires de médecin se prennent un peu pour des médecins elles-même... mais en général, elles sont bien raccord avec leur patron...(pour celles que j'ai pu être à deux doigts
d'emplafonner :D)


 


 



Shaya 08/10/2010 07:13

Oui je suis d'accord, la pour le coup elle semble un peu s'etre prise pour un medecin!

des pas perdus 07/10/2010 16:06



Nul système n'est parfait, il suffit d'une personne un peu buttée... sauf que dans ton récit, ça ne pardonne pas...



Shaya 07/10/2010 17:26



J'ai pris un cas isolé, assez frappant, mais je crois qu'au quotidien ce genre de chose se reproduit constamment : parler dans le vide à des gens buttés qui s'en tiennent à leurs consignes au
lieu d'utiliser leur cerveau!



Eric 07/10/2010 11:43



C'est à l'image d'un Etat de droite depuis 2002 !


 


 



Shaya 07/10/2010 14:23



Je ne suis pas certaine que le bord politique du gouvernement soit en cause.


Je crois qu'il faut voir plus large que ca.