Nightmare ...

Publié le par Shaya

J'avais éteint la lumière sereine et apaisée...
A cette heure là je devrais dormir...
Pourtant très visiblement ce n'est pas le cas...

J'ai besoin de dormir, j'ai envie de dormir, mais le sommeil se refuse...
Parce qu'il est des froides heures nocturnes où le rire et l'humour n'arrivent plus à l'emporter sur les questions, la peur et cette sourde angoisse qui ronge.
Quand la lumière s'éteint, la confiance fuit quand bien même on la croit solidement installée et les pires moments vécus reviennent en mémoire comme pour prévenir de ceux qui vont arriver...

Quand fuir ne sert à rien, on ne peut qu'affronter ...
Il faut affronter!

Tout à la fois, ce qui se passe en ce moment, ce qui s'est passé hier, ses blessures les plus douloureuses et intimes, celles qu'on croyait guéries, celles qui ne guériront jamais...
Mais aussi ses erreurs, ou celles qu'on croit avoir fait, vouloir réécrire l'histoire, accepter qu'on ne pourra pas, se demander si la prochaine fois on arrivera à faire autrement, avoir appris ...
Affronter ses peurs, qui se mélangent sans distinction, celles qui ont un rapport et celles qui n'en ont aucun...
Se demander encore si on sera assez forte et si on l'a jamais été.
Se demander encore si on est vraiment seule ou incapable de voir les gens qui nous entourent et si un jour, quand on en aura vraiment besoin, ils seront bien là.
Se rendre compte qu'on a toujours du mal à croire qu'on puisse être aimée par des gens ...

Avoir l'impression d'être revenue presque 10 ans en arrière, d'être sur la fin de ses 15 ans et déjà presque 16, une mère qui pète les plombs alors que le crabe a été vaincu et qu'on espérait avoir enfin un peu de paix et personne qui n'écoute ni ne croit ce qu'on dit ... L'impression de devenir dingue ...
Se rappeller les cours séchés, les envies réelles de fugue empêchées par des amis ...
Se souvenir d'avoir réellement été sauvée par une mère grand qui n'avait pas perdu la vue ni la boule!
Accepter que de mère grand il n'y a plus, mais que les amis sont toujours là...
Leur faire confiance pour être là encore quand il faudra...
Se faire confiance pour être plus forte et mieux armée qu'il y a 10 ans ...

Verbaliser encore et toujours, parce que la parole libère même si elle reste confinée à notre tête.
Accepter de pleurer parce que de toute façon personne ne voit.
Prendre le risque d'oser l'écrire en vrac et sans auto-censure ...
Se dire que demain quand le jour sera revenu, les mots on ne les prononcera plus, et qu'ils laisseront encore place à l'humour et la joie, parce qu'il est plus facile de pleurer que de rire mais qu'on préfère quand même le rire!

Et retourner se coucher ... vraiment apaisée ... ?





Sa mère la pute (pas les mamans!) ce que j'ai froid maintenant ... Gla gla glaaaaaaaaaaaaaaa

Quelle idée de vouloir écrire à cette heure là au lieu d'être au chaud dans son lit dans les bras de Morphée!
(Ou alors... je me suis faite plaquer par Morphée et je m'en suis même pas rendue compte!)

Publié dans Monde de merde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

hubert 29/01/2010 14:50


c'est vous qui souhaitez cogner, tantôt la vendeuse, tantôt la bibliothecaire, tantôt...
je ne cogne personne, moi, seulement le ballon que je personnifie...


Shaya 29/01/2010 14:56


Je souhaite mais ne passe jamais à l'acte ma foi! Je me controle fort bien!
(Et je n'ai aucune affection pour la vendeuse ou la bibliothécaire ou ... )

Vous vous personnifiez le ballon, moi je souhaite me venger sur le/la responsable!


hubert 29/01/2010 13:14



mouais.



Shaya 29/01/2010 13:31


J'ai au moins la moitié de bon, et je suis à peu près en désaccord avec l'autre moitié...
Je n'ai pas exactement la même définition du lâcher prise  ...

Et c'est à qui que vous voulez mettre des bouffes? A moi?


hubert 29/01/2010 13:06


Le lâcher prise, c'est aussi être dans son temps... et quand tout parle d'un four à chaleur tournante, et bien, on abandonne le charbon et on s'en trouve un ! autour de 99 euros y en a maintenant !


Shaya 29/01/2010 13:10


Et le problème de place dans la maison vous le réglez comment? Non parce que mon four est inclus dans la cuisinière, donc ca me parait difficile de le changer sans devoir tout changer (auquel cas
on va quelque peu dépasser les 99€) ou pousser les murs!
En plus mon four fonctionne très bien, je ne vois pas pourquoi je devrais en changer, c'est pas compliqué d'indiquer les temps de cuisson pour les fours à chaleur tournante et les fours classiques!


hubert 29/01/2010 13:03


Rien à voir d'avec le mec ci-avant :

Lâcher prise, c'est comprendre que rien n'est permanent ou solide et que tout est en perpétuel changement.
Lâcher prise, c'est accepter le processus naturel et inévitable du changement.
Lâcher prise, c'est accepter tout ce qui se présente, sans rejeter le négatif et sans trop s'attacher au positif.
Lâcher prise, c'est prendre chaque jour comme il vient sans trop essayer d'adapter les choses à ses propres désirs.
Lâcher prise, c'est considérer toute difficulté et tout ennemi comme notre meilleur ami qui nous aide à progresser et à grandir.
Lâcher prise, c'est avoir du recul face à tout ce que l'on expérimente.
Lâcher prise, c'est rester serein, détendu et d'humeur égale, quelles que soient les circonstances, agréables, désagréables ou neutres.
Lâcher prise, c'est utiliser le moyen de l'humour pour dédramatiser une situation.
Lâcher prise c'est comprendre que les choses ont l'importance qu'on leur donne.
Lâcher prise, c'est ne pas regretter le passé, mais vivre et grandir pour l'avenir.
Lâcher prise, c'est ne pas être passif, mais au contraire tirer une leçon des conséquences inhérentes à un événement.
Lâcher prise, c'est vivre dans le présent.
Lâcher prise, c'est ne pas s'attacher au résultat de nos efforts.
Lâcher prise, c'est s'efforcer de faire de son mieux sans vouloir tout contrôler en comprenant que le résultat final n'est pas entre nos mains.
Lâcher prise, c'est ne pas couper les liens, mais prendre conscience que l'on ne peut contrôler autrui.
Lâcher prise, c'est ne pas se montrer indifférent, mais simplement admettre que l'on ne peut agir à la place de quelqu'un.
Lâcher prise, c'est ne pas s'occuper de tout ce qui arrive, mais laisser les autres gérer leur propre destin.
Lâcher prise, c'est ne pas materner les autres, mais leur permettre d'affronter la réalité.
Lâcher prise, c'est ne pas assister, mais encourager.
Lâcher prise, c'est ne pas critiquer ou vouloir changer autrui, mais tenter de déceler ses propres défauts.
Lâcher prise, c'est ne pas juger, mais accorder à autrui le droit d'être humain.
Lâcher prise, c'est se mettre à la place de l'autre en essayant de comprendre ses motivations.
Lâcher prise c'est donner le meilleur de soi-même et devenir ce que l'on rêve de devenir.
Lâcher prise c'est craindre moins et aimer davantage.

...... c'est aimer davantage de mettre des bouffes compris !!! aaaarrrffff !


Shaya 29/01/2010 13:08


Vous tirez ça d'où?

Parce que d'après ça je suis pas si mauvaise que ça pour lacher prise en fait faut croire ...

Mettre des bouffes compris? Gné?


hubert 29/01/2010 13:00



"Lâcher prise", Guy Finley.

doit y avoir çà dans votre super méga médiathèque inter communal trop moderne.




Shaya 29/01/2010 13:01


Je ne lis pas de livre sérieux vous vous souvenez?