Mettons la tete sous l'eau aux gens fragiles!

Publié le par Shaya

C'est sans doute son histoire qui m'avait le plus marqué pendant mon stage de master 2.

Qui m'avait le plus révolté surtout.

 

Peut-etre aussi parce que c'était mon 1er vrai contact avec cette population et que comme toute première fois j'avais encore mes illusions et ma naiveté.

 

Pourtant des gens dans la même situation qu'elle, depuis j'en ai vu ... trop.

Et à chaque fois je suis toujours autant révoltée.

Mais je me suis faite à l'idée que ce n'était pas si rare comme situation.

 

Cette dame était dans un état de santé ... pitoyable, atroce, épouvantable.

Cancer avec des métastases, des effets secondaires des traitements toujours en cours qu'on ne souhaite pas à son pire ennemi, une fatigue atroce ... et obligée de travailler.

Et puis pas un travail gentil assis sur une chaise 7h par jour sans stress ni effort physique.

Non.

Femme de ménage. Courbée, à genoux, à porter des trucs lourds, à piétiner debout toute la journée.

Pour un salaire de misère. (Parce que bon ... si on gagnait 2000€/mois en étant femme de ménage ça se saurait)

 

Pourquoi?

Parce que sinon rien pour vivre.

Parce que la sécu prenait en charge ses traitements (et c'est déjà pas mal j'en ai conscience) mais ne lui donnait pas de quoi vivre.

Parce que pas de mari, pas de famille, pas d'enfants pour subvenir à ses besoins.

Seule, seule, seule, seule.

Désespérement seule.

 

J'en étais malade.

La voir pleurer de fatigue quand elle venait et savoir que le lendemain elle se lèverait quand meme à 4h30 pour aller travailler.

Se tapant des heures interminables (parce que quand tu fais le ménage t'as rarement l'occasion de faire 7h d'affilée) pour au final avoir quand même à peine de quoi manger...

 

Elle c'était un cas "extrême".

Mais quand même.

Combien j'en ai vu depuis de ces gens qui me disaient "heureusement que j'ai mon conjoint pour subvenir à mes besoins / mes enfants pour m'aider financièrement / fini de payer ma maison / que je suis à la retraite ... sinon je ne pourrais pas vivre"?

(Ah tiens idée pour les députés : et si on ne versait que la moitié des pensions aux retraités malades? Ca ferait des économies non?)

 

Alors oui quand j'entends qu'on veut réduire les indemnités journalières de la sécu ... je suis inquiète.

Et c'est un euphémisme.

 

Je me dis que c'est facile de taper sur des gens malades, ils ne risquent pas de se rebeller hein ... pas de syndicats pour ça, et puis ils sont occupés à autre chose puisqu'ils sont malades : se soigner.

C'est facile d'agiter le vilain épouvantail des méchants profiteurs qui creusent le trou de la sécu ... ça marche bien ça auprès du péquin moyen!

(Je ne dis pas qu'il n'y en a pas mais bon vu qu'en général il y a déjà 3j de carence avant de percevoir les indémnités tu ne le fais pas pour l'argent.)

 

Mais je crois que le pire c'est d'entendre les gens dirent qu'ils s'en fichent, qu'1,30€ par jour en moins c'est rien, et qu'au pire 40€ pour un mois ... bon ben ça va!

Ouais ça va (et encore quand tu es smicard au départ 40€ en mois ça fait beaucoup ... ca te laisse quelque chose comme 640€ pour vivre ce mois ci) si tu es en arret maladie de courte durée.

Et pour les gens en arret maladie de longue durée? Et je doute qu'il y ait beaucoup de sales profiteurs dans cette catégorie là ... (la sécu veille je te rassure! Tu n'imagines pas comme c'est délicieux d'etre convoqué pour savoir si vraiment tu es malade ou si on te fait subir une chimio pour le plaisir avec la complicité de ton médecin ...)

Ah oui c'est vrai! On s'en cogne! Ils n'ont qu'à pas être malades merde!

 

Ils n'ont qu'à se démerder surtout ...

Personne ne dira rien. Personne ne se révoltera pour eux.

 

La solidarité est décidément une notion bien galvaudée ...

 

Je reste persuadée qu'il y a une foule de choses qu'on pourrait faire avant ÇA!

(Après tout on promet bien des belles pri-primes aux gentils médecins généralistes, est-ce vraiment nécessaire?)

Mais s'en prendre aux faibles c'est tellement plus facile.

Publié dans Monde de merde

Commenter cet article

Babeth 06/11/2011 23:33



J'ai une collègue, auxiliaire de vie comme moi, qui a mal au dos. Très mal. Elle est sous morphine. Pincement de disques+hernie+je sais plus quoi, bref pas une foulure du petit doigt hein! En
arrêt pendant un mois, puis deux. A repris le travail au troisième mois, parce que vivre avec un demi-salaire d'auxi, c'est pas possible. A donc repris les ménages avec les aspirateurs de 10
kilos, les transferts, les toilettes, les lits... Sans adaptation du poste de travail, sans horaires aménagés, sans rien. Juste le droit de travailler, et de fermer sa gueule.



Shaya 07/11/2011 18:07



Bon sang ...


Ca fait mal au cul.