Le testament à l'anglaise

Publié le par Shaya

J’avais amené un certain nombre de livres en Inde. Pas assez, je le savais à l’avance, mais limitée par ma valise et son poids il avait fallu m’y résoudre.

Et puis je savais pertinemment que j’aurais de quoi piocher dans la bibliothèque de Chouyo.

 

C’est ainsi que je me suis retrouvée à errer comme une âme en peine devant son iiiiimmense bibliothèque ...

(Je ne veux pas un immense dressing! Je veux une immense bibliothèque moi !!!) (Enfin si je peux avoir les deux je ne dis pas non)

... sans savoir que choisir devant tant de livres si bien classés.

 

Heureusement Chouyo, prise de pitié, est venue m’aider ;-)

 

Elle m’a conseillé deux livres : Hypérion de Dan Simmons que j’ai dévoré et qui m’a littéralement subjugué (et à propos du lequel je vais bientôt de nouveau faire pleurer une bibliothécaire je sens ... rapport que j’ai demandé à avoir le livre 2 et qu’ils m’ont sorti le livre 1 alors que j’avais donné le code et tout bien ... et qu’elle me sort un méprisant «ah ben c’est bien la SF ça, c’est d’un compliqué» ... non c’est juste toi qui est stupide!), et Le testament à l’anglaise de Jonathan Coe dont je n’ai eu le temps de lire que les toutes premières pages.

 

le testament à l'anglaise - jonathan coe

Juste de quoi me donner envie d’en lire plus.

Ce que j’ai voulu faire en lui demander la bouche en cœur de l’emmener avec moi.

L’obligeant ainsi à me répondre que non, vu qu’elle comptait me le faire expédier en France ...

Shaya où l’art de niquer les surprises ...

 

Quelques jours après mon retour, j’ai pu ainsi reprendre ma lecture.

 

Le testament à l’anglaise est un livre surprenant.

C’est la première fois que je lis un livre avec une construction pareille.

Sous son apparence de roman policier avec une intrigue dont la complexité n’apparaît véritablement qu’à la fin, l’auteur se livre aussi à une violente critique de la société anglaise  et de son évolution des années 60 à 90.

Chaque personnage est prétexte à mettre en lumière une facette peu glorieuse de cette période et les mécanismes qui y ont conduit souvent volontairement.

 

A titre personnel, j’ai été effarée par le passage concernant l’industrie agro-alimentaire (sans pour autant dire que j’ai été surprise malheureusement) , au point de remettre sur le tapis ce sujet récurrent chez moi de consommation de viande animale.

Mais aussi par celui concernant le cynisme des vendeurs d’armes, ou celui sur les magouilles des banquiers, ou encore celui évoquant la capacité des hommes politiques plus intéressé par leurs profits personnels à changer d’avis comme de chemise, etc... etc...

 

Bien plus encore m’a frappé le décryptage du démantèlement du système de soin public anglais, effectué pendant les années Thatcher, et des arguments utilisés pour y arriver.

Frappé par cette transposition aisée à faire dans le milieu de la santé en France actuellement.

Le choc entre d’une part le discours de rationalisation des moyens faits de chiffres bruts et aveugles, et d’autre par la réalité humaine des gens qui vivent la situation au quotidien.

Le livre montre un peu plus loin les conséquences des décisions budgétaires prises avec un rdv reporté 2 fois qui retarde le diagnostic d’une maladie mortelle, l’absence de confiance dans un médecin généraliste plus occupé par l’argent que par la santé de ses patients, 2h d’attente aux Urgences un soir de Noël (et encore c’est peu), un interne épuisé par 26h de garde d’affilé qui prend une mauvaise décision, l’énergie consacrée pour arriver à trouver un seul lit de disponible ...

 

 

Quand j’ai eu fini de lire ce livre, au delà de tout le reste, m’est resté le goût amer que j’avais raison de m’inquiéter pour l’avenir du système public de soin français car il serait plus qu'utopique de croire que nous ne reproduirons pas les erreurs faites par nos voisins anglais ...

Un livre qui fait réfléchir assurément.

Publié dans Je lis donc je suis

Commenter cet article

des pas perdus 02/08/2011 18:28



Excellente chronique. Coe est un grand écrivain... chroniqué en d'autres lieux ;-)



Shaya 02/08/2011 18:48



Je le découvrais personnellement. Je vais me hater de lire les autres.