Le temps passe et passe et passe et beaucoup de choses ont changé

Publié le par Shaya

Je ne prends jamais de résolutions de début d'année.

Ou de milieu d'année.

Ou de fin d'année.

 

Je ne prends jamais de résolutions à une date fixe et précise.

Je prends des résolutions quand ça me chante et surtout quand c'est nécessaire.

Qu'on soit le 1er janvier ou le 15 juillet, je m'en cogne.

 

Je ne fais jamais de bilan de fin d'année.

Je crois d'ailleurs que les deux sont liés.

Je ne comprends pas l'intéret de se poser le 31 décembre et de se dire "aloooooors qu'est-ce que j'ai fait et pas fait de bien depuis le 1er janvier dernier?"

Imaginons que je décide de faire ça, de me mettre dans un coin et de faire le bilan de l'année 2011.

Dans les événements marquants de l'année il y aurait par exemple mon voyage en Inde en juin dernier.

Mais je ne vois pas bien l'intéret d'analyser ce voyage 6 mois après mon retour, ce qu'il a changé en moi, ce qu'il m'a apporté etc...

Je l'ai fait à mon retour. J'y repense souvent, meme encore maintenant, parfois quotidiennement. Mais ce n'est pas comme si j'avais fait un black out total entre mon retour et cette fin d'année.

 

Je suis plutot partisane du bilan continu.

J'estime qu'on doit faire le bilan de ce qu'on fait en bien ou en mal sur le moment. Et à distance aussi parce que souvent on voit les choses plus clairement ou avec de nouveaux éléments ou ... enfin mieux.

Mais pas à une date précise du calendrier.

Et pas juste une journée. (accessoirement)

(Nan mais je dis ça ... ya des gens qui se remettent jamais en cause)

 

Le truc c'est que si j'évite soigneusement de faire des bilans - surtout de fin d'année - dans ma vie personnelle, je suis obligée d'en faire pour mon boulot.

Horreur.

J'en fais régulièrement tout au long de l'année mais celui de décembre récapitule tout.

Et forcément c'est impossible de réaliser un bilan sans ... faire le bilan.

En plus là j'ai BIEN le temps.

Constater le chemin parcouru, ce qui a changé et ce qui est toujours pareil, lister tous ces gens qui ne verront jamais 2012, se remémorer les joies et les peines, farfouiller dans les archives pour vérifier que tous les dossiers qui devaient être clos l'ont bien été, mettre dans la balance le bon et le mauvais, etc ...

Au mieux ça me rend mélancolique.

Pire qu'un vieil album de photos qu'on retrouverait au fond d'un placard.

Mais à dire vrai depuis lundi ça aurait plutot tendance à me rendre carrément triste.

 

Et ça me rappelle que je déteste faire des bilans et pourquoi.

Publié dans Simple Life

Commenter cet article