Le mieux est l'ennemi du bien

Publié le par Shaya

Je ne pensais jamais un jour reprocher à quelqu'un de vouloir faire au mieux.

Mais le mieux est l'ennemi du bien.

 

Je sais qu'ELLE veut faire les choses bien.

Que ça part d'un bon sentiment.

Sauf qu'au final c'est une catastrophe ...

 

 

Quand on travaille avec des personnes fragiles il est une tentation à laquelle il faut éviter de succomber.

Une tentation difficile à éviter.

(Encore que ça dépende du caractère de chacun)

 

C'est tellement tentant quand on a face à nous des petites choses naturellement fragiles ou rendues fragiles ponctuellement par un événement, de prendre le pouvoir.

De déposséder, pour tout, les personnes de leur capacité à décider par eux-memes.

 

Trop souvent déjà ils perdent le controle sur certains aspects de leur vie.

Obligés de se mettre dans une situation de "soumission librement consenti" et de s'en remettre à d'autres pour enchainer les rdv, les traitements et le reste.

 

Le problème c'est quand on prend le pouvoir sur ce qu'ils sont encore capable de choisir et de décider par eux-memes.

Ils ont toute leur tete mais ils ne peuvent plus faire tous les gestes?

Et meme ceux qu'ils peuvent encore faire, meme les décisions qu'ils peuvent encore prendre, c'est tellement plus facile de les faire ou de les prendre pour eux.

Leur dire de rester assis et aller prendre quelque chose soi-meme dans le placard parce que ça prendra moins de temps que de les regarder se lever et y aller à petits pas lents.

 

C'est une question de pouvoir.

Tout est toujours une question de pouvoir.

 

 

ELLE aime bien cette petite dame.

ELLE s'y est attachée et ELLE veut que tout soit pour le mieux pour elle.

Au point d'aller contre l'avis de la personne concernée.

Décider qu'aujourd'hui cette dame portera tel pull et tel pantalon, alors qu'elle voulait porter une robe, parce qu'il fait froid dehors. Et tant pis si elle ne met plus jamais les pieds dehors et qu'entre ces murs il fait toujours chaud ...

Décider qu'il faudrait plutot ranger les choses comme ça parce que c'est plus simple, et tant pis si cette dame a l'habitude de faire autrement.

 

Invasion d'une vie tout en ayant la meilleure volonté du monde.

Ce n'est pas parce qu'on se dit qu'on fait quelque chose pour son bien, qu'au final c'est vraiment pour le bien de la personne.

Sinon pourquoi expliquer qu'après son passage, la dame s'énerve et pleure.

De frustration. De colère. D'impuissance.

Incapable de faire certaine chose elle-meme et non écoutée sur la manière dont elle voudrait que ce soit fait.

Pire, meme ce qu'elle est capable de faire encore elle-meme est remis en cause.

 

 

Se dire que la maltraitance ce n'est peut-etre pas forcément que des traces de bleus sur un corps fragile.

Se dire enfin que la meilleure volonté du monde n'est pas une raison. Qu'il faut savoir laisser leur place aux gens meme fragiles. Et les protéger de ceux qui en sont incapables.

Publié dans Monde de merde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Babeth 06/11/2011 18:34



Oui, ce sont aussi toutes ces petites choses... les vêtements, les repas... Pris dans le quotidien, on a tendance à l'oublier. Merci pour cette piqûre de rappel.



Shaya 06/11/2011 21:53



J'ai la chance d'être un témoin privilégié sur les différents aspects de la prise en charge des gens fragiles, ça donne à réfléchir.


(Et j'aime beaucoup ton blog *mode groupie*)



Chouyo 23/09/2011 15:22



Je crois que tu as su dire les choses très clairement... la meilleure volonté du monde n'est pas une raison. Et laisser le libre-arbitre, au moins ça, jusqu'au bout...



Shaya 23/09/2011 17:27



Je suis très mécontente de ce billet là en fait si tu veux savoir. Incapable de trouver les mots justes d'après moi. Mais ça m'envahissait l'esprit alors j'ai publié.



Ghazouh 23/09/2011 14:53



l'enfer est pavé de bonnes intentions



Shaya 23/09/2011 17:26



Surtout quand les gens sont incapables de se remettre en question.