Géométrie variable

Publié le par Shaya

J'ai gardé peu de souvenirs aussi précis des heures de cours nombreuses auxquelles j'ai eu l'occasion d'assister.

 

Mais ce cours d'éducation civique de 2de je m'en souviens bien.

Les ongles vernis en rouge de la prof, la lumière chaude qui rentrait par les fenetres, les visages des autres élèves.

 

Pourquoi cette prof - exceptionnelle par ailleurs - avait choisi de nous faire débattre sur la peine de mort, je ne m'en souviens pas. Sans doute parce que c'était l'anniversaire de l'abolition en France.

Je me souviens m'etre dit par contre que faire débattre des ados qui ne se connaissaient pas encore, on était quelques jours après la rentrée seulement, c'était culotté ... et voué à l'échec.

 

Mais non en fait.

 

Elle avait commencé par demander à ceux qui étaient contre la peine de mort de lever la main.

Il y avait bien les 3/4 de la classe qui avaient levé la main.

 

A partir de ce moment là elle avait lancé le débat.

"Pourquoi on était contre la peine de mort?" Parce que c'était comme ça, parce que c'était pas bien (oh on avait 15 ans!), parce que ...

 

Et elle l'avait aiguillé comme il fallait.

Jusqu'à nous amener exactement là où elle voulait sans doute aller depuis le départ.

 

"Je suis contre la peine de mort sauf ..."

 

Sauf pour les violeurs d'enfants.

Sauf pour les tueurs en série.

Sauf pour les gens qui torturent les chatons.

Sauf ...

 

La lutte contre la peine de mort à géométrie variable.

 

A la fin, elle avait redemandé qui était contre la peine de mort. Absolument contre. Dans tous les cas.

Cette fois-ci nous n'étions plus que 2 à lever la main.

Pour tous les autres, la liste des exceptions avait pris le pas sur la volonté d'etre contre ce chatiment.

 

De ce que j'ai vu depuis hier, et encore aujourd'hui, je me dis que si ce débat avait de nouveau lieu, à la fin nous ne serions pas forcément plus que 2 à lever la main.

Oui je sais je suis trop cynique.

 

Pire.

Je me demande si, il y a 30 ans de celà, deux hommes n'avaient pas décidé d'abolir la peine de mort en France envers et contre les convictions de l'opinion publique de l'époque, nous ne serions pas encore à réclamer ce chatiment.

Il suffit de voir la jouissance éprouvée devant la chute des puissants - DSK nous l'a montré tout l'été - pour se dire que le temps des jeux du cirque n'est pas si éloigné.

Combien de fois avons-nous entendu dans les médias, en réaction à des crimes abjectes, que de toute façon "les gens comme ça il faudrait les tuer" ...

Les chiens n'ont-ils pas hurlé devant la mort de Laetitia? Et combien d'autres avant depuis 30 ans?

 

J'ai hate de voir les gens se mobiliser pour donner des leçons aux USA afin d'empecher l'exécution d'un violeur/meurtrier avéré.

En attendant je ne suis pas sure que nous puissions nous flatter d'etre français parce que chez "nous" la peine de mort a été abolie. Si la décision n'avait pas été prise pour nous il y a 30 ans, nous hurlerions peut-etre aussi avec les chiens.

Commenter cet article

Chouyo 23/09/2011 15:26



Nous hurlerons toujours avec les loups. C'est pour ça que parfois, les philosophes doivent être rois...



Shaya 23/09/2011 17:29



Ils le sont de moins en moins ...



Poulpy 22/09/2011 19:14



Oui, c'est ça. Séparer l'Etat, l'institution, des individus, des humains. Ce qu'elle dit me parle. Mais un individu désirant la mort de quelqu'un me parle aussi. Je reviens, je vais me faire
quelques noeuds au cerveau d'abord *_*



Shaya 22/09/2011 19:21



On se fait tous des noeuds au cerveau je crois sur ces sujets :)



Poulpy 22/09/2011 18:37



Cette histoire d'exceptions, ça m'a longtemps chiffonnée aussi. Mais le risque d'erreurs judiciaires me fait trop peur.


Ceci dit, si je suis absolument contre la peine de mort officielle, c'est vrai que j'arriverais à comprendre qu'une famille de victime puisse en arriver à se venger/soulager sur un coupable. Pas
excuser, mais comprendre, parce que je crois que je pourrais avoir ces envies là si on touchait à mes enfants (et j'ai pas encore d'enfant).


Ceci dit, encore heureux qu'oin puisse pas se faire justice soi-même, ça serait un vrai merdier.



Shaya 22/09/2011 18:48



Je ne peux que te recommander de lire ce que Chouyo a écrit sur le sujet. Elle dit très bien en quoi l'humain peut avoir envie de se venger mais que c'est à l'Etat de faire garde-fou contre l'émotion.