Entre rien du tout et tout ...

Publié le par Shaya

Week-end-Avignon-001_signee.jpg

 

J'ai appris grâce à ce blog et aux autres. Il n'y a rien de plus important que d'apprendre.

J'ai appris à faire un peu confiance, lentement mais surement, aux gens qui viennent me lire régulièrement.

J'ai appris à me dire que non tout le monde n'était pas un psychopathe en puissance ou n'allait pas chercher à me faire du mal.

J'ai appris à laisser un peu les gens, croisés via l'interneterie, rentrer dans ma vie.

J'ai appris à me dévoiler un peu plus dans d'autres espaces, à donner ne serait-ce que mon nom.

J'ai appris à écouter mon instinct quand il me souffle que ça colle bien avec quelqu'un alors que je ne le connais encore qu'à peine.

J'ai appris à me souvenir qu'au delà de l'écran que je contemple, il y a des gens et que sans eux le web mondialement mondial serait juste une coquille vide et sans intérêts..

J'ai appris à envisager - absolument pas sereinement - de passer du web immatériel aux échanges tangibles autour d'un verre ou d'une assiette sans considérer ça comme une atroce intrusion dans ma vie.

J'ai appris qu'au message qu'on se passe par le filtre de l'ordi et qui ne sont que des mots, il manquait la moitié du contenu - les gestes, les mimiques, la part physique de chacun d'entre nous - et que j'avais envie d'avoir le tout.

 

J'ai mis longtemps à apprendre tout ça.

A accepter de faire confiance à quelques uns.

A vouloir dépasser Shaya pour montrer celle que je suis dans la vraie vie.

A me dire que les gens croisés ici n'étaient pas forcément une menace pour moi.

 

Depuis j'ai bu des verres, mangé dans des restaurants, fait renverser des cafés et des salières, j'ai parlé, j'ai écouté et j'ai ri.

J'ai associé des visages à des noms.

J'ai fait devenir tangibles ce - et ceux - qui n'étaient que des mots.

 

J'avais dit que ce week end serait blog free mais à la vérité je savais avant de partir que j'allais dérogé à la règle.

Une rencontre qui n'en était en fait pas une, un truc assez improbable ...

 

Sur une tombe d'un petit village qui surplombe Grenoble, un bouquet de roses est posé et si la famille du défunt passait par là dans les prochains jours, sans doute se demanderait-il qui l'y a mis, et pourquoi.

Sans doute aussi ne le sauront-ils jamais.

 

Je n'avais jamais vu Olivier en vrai.

Jamais fait de lui quelque chose de tangible.

Jamais partagé un sourire avec lui.

J'avais des réticences à le faire, lui aussi.

 

Pourtant quand j'ai eu confirmation qu'il était mort j'ai été sincèrement peinée.

En même temps j'ai eu du mal à y croire.

Parce qu'à part ses mails et ses visites sur mon blog il ne me manquait rien.

Et tous les blogueurs ont vu un jour des lecteurs réguliers disparaitre par lassitude ou par manque de temps.

Alors j'ai espéré futilement ... m'être trompée, avoir mal lu, un homonyme ...

Mais non.

La mort ne laisse pas d'échappatoire. Juste le vide.

 

Depuis je me pose pas mal de questions aussi.

Quelle place vous donner dans ma vie?

Quelle place je peux avoir dans la votre?

A partir de quel moment il se crée vraiment quelque chose entre nous? Entre certains d'entre vous et moi?

Et si demain je mourrais ... le sauriez-vous? Oui sans doute, Nyna bien sur, mais aussi d'autres gens qui sont à la frontière entre les blogs et l'amitié et que mon entourage pourrait chercher à prévenir.

 

Je crois sans doute que ce qui m'a le plus ... blessée touchée étonnée je ne trouve pas le mot, c'est d'avoir été tellement rien que si je ne m'étais pas inquiétée, si je n'avais pas cherchée (et si je n'avais pas vécu dans la même région que lui), je n'aurais jamais su.

Je sais que c'est con mais j'aurais aimé que sa famille connaisse assez mon existence et la comprenne pour chercher à me prévenir.

J'aurais aussi aimé leur rendre certains des mails qu'il m'a écrit parce c'est souvent dans des conversations avec des tiers que les preuves d'affection se manifestent le plus.

 

Je sais que c'est con, que je devrais me résoudre au fait que je n'étais rien pour lui comme je ne suis rien pour vous.

 

Pourtant il m'avait laissé rentrer suffisamment dans sa vie pour que je connaisse son nom de famille, son adresse, le prénom de sa femme et de ses enfants...

Pour que je sache où chercher sa tombe et y dépose un bouquet de roses un matin gris et glacial de la fin de l'hiver comme je me l'étais promis il y a 6 mois...

 

En me disant que les blogs amenaient à des situations étranges, sans trop savoir dans quoi on se situe et si les liens crées méritent d'exister et si on peut les revendiquer.

 

 

(Oui demain je te raconte mon week end et ça sera moins triste!)

 


Publié dans Simple Life

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

crossman 21/03/2011 18:24



Ba merci tite shaya pour mon anni, tu as de la mémoire en meme temps de jour de la saint patrick........ , j'arrive un peu tard , je fais plus beaucoup de net , d'autre priorités, journée
pas assez longue pour tout boucler surtout , mais quand j'ai 5 minutes ( en fait 30 min  pour tout lire !!!!!! ) ba je viens voir ce qui se passe ici , pour savoir les dernieres
betises que tu as ecrite et je suis tjrs pas decu , allez bisou les blogueurs et bisou a toi .  



Shaya 21/03/2011 19:53



Bisous toi!



hubert 21/03/2011 16:59



gna gna gna ! pfuff !



Shaya 21/03/2011 19:52



Teu teu teu ca vous apprendra!



hubert 21/03/2011 15:34



ouais, la p'tite image dans l'onglet du navigateur affichant votre blog.



Shaya 21/03/2011 15:59



un FAVICON !!!! Et ca fait au moins 6 mois qu'il y est!



hubert 21/03/2011 14:26



vous avez aussi appris la... flavicone !



Shaya 21/03/2011 15:17



La flavicone?



Laurent 21/03/2011 10:22



Quel bel hommage tu lui rends. Et tu poses de vraies questions !



Shaya 21/03/2011 13:16



Je m'en pose encore plein d'autres ... mais sans avoir la moindre réponse.